Notre préparation des contrôles pédagogiques

Nombreuses discussions dans le monde IEF autour des contrôles de l’inspection académique. Ces moments sont effectivement très souvent source de stress et de peurs, tournant parfois au conflit, rapport de force, menace de signalement car les familles ne laissent pas leurs droits bafoués.

Pour notre part, nous en sommes à 6 contrôles pédagogiques (7 cette année) et ils se sont tous bien passé. Nous avons connu 5 contrôles « niveaux primaires » et 1 niveau collège ».  Nos droits, notre démarche et notre fille ont toujours été respectés. Elle n’a jamais subi de tests, ils n’ont même jamais été demandés par l’IA. Je dirai même que durant 2 ans, avec l’IA spécialisée en troubles de l’apprentissage, nous avons apprécié ces moments. Elle est chaleureuse, bienveillante envers notre fille, souvent de bons conseils, avec des conseils en lien avec notre démarche pédagogique et les spécificités de notre fille.

J’avais très peur avant notre 1er contrôle, surtout en étant en unschooling, sans trace écrite de nos activités et sans support scolaire. Notre fille faisait moult activité, mais pas grand chose à montrer pour le prouver et surtout prouver ses acquis. Aussi, nous refusons les tests. Un test n’a pas grande signification, puis c’est une possible mise en échec notamment pour un enfant qui ne connaît pas les codes et le langage scolaire. Puis, nous n’avons pas besoin de tester notre enfant pour savoir où il en est !

Cette crainte m’a poussée à bien préparer notre rendez-vous.

 

***   ***   ***

Je ne transmets plus mes documents personnels. Je souhaite que le fruit de mes réflexions et mon travail de préparation reste ma propriété et ne soit pas réutilisé tel quel. Aussi je pense que ce travail de réflexion est vraiment bénéfique et nécessaire pour les familles. Il est aussi très personnel. Je vous encourage réellement à le faire. Vous en tirerez nombreux bénéfices.

Par contre, je vais vous détailler comment je prépare les contrôles et mes différents courriers et rapports.

  • Tout d’abord, je fais un courrier où j’explique mes choix pédagogiques et philosophiques, puisque le contrôle est censé en tenir compte.

J’envoie ce courrier dans ma réponse à la convocation comme quoi je serai bien disponible tel jour et heure. avec un « en vue de préparer ce rendez vous, je vous transmets nos choix pédagogiques et philosophiques quand à l’instruction en famille de notre enfant XXX »*** *** ***

Durant 4 ans ce courrier a été le même. La 5ème année, je l’ai quelque peu modifié car nous avions changé un peu notre démarche, je l’ai donc stipulé avec les raisons. Ce courrier est toujours très argumenté. Si votre enfant a un suivi neuropsy, orthophoniste etc, joignez une attestation du professionnel attestant du diagnostique, des aménagements pédagogiques préconisés et du suivi.

 

Pour ce faire, je pose sur papier :

  1. pourquoi je pratique l’IEF ?
  2. comment je pratique l’IEF ? ici du unschooling : j’explique donc
    • qu’est ce que le unschooling,
    • pourquoi le unschooling
    • comment il s’applique chez nous

 

  • Puis, je prépare un bilan d’activités.

J’y liste :

  • toutes nos activités formelles ou informelles, les visites, sorties, activités dites extra scolaire, les ressources et supports etc en faisant un lien avec les compétences développées.
  • les acquis de ma fille, mais aussi ses difficultés.

Fonction des années, la présentation change. Parfois, je trie par matière, d’autres fois je liste tout simplement.

J’apporte avec nous une partie de nos supports (difficile car tout est sources d’apprentissages chez nous. Donc on sélectionne quelques jeux, livres, les supports les plus usités) et les quelques traces écrites des activités faites.

Je donne ce bilan le jour du rendez-vous, en ouverture de séance. Lors de l’ouverture de rendez-vous, je nous présente et je rappelle les modalités légales du contrôle.

Jusqu’à présent, nos rendez vous se sont toujours déroulé en discussion autour de ce bilan. J’explique l’activité ou les supports/ressources plus en détail, les compétences qui en ressortent. On échange sur ses acquis et difficultés, parfois ils me conseillent ou me donnent des pistes de ressources qui pourraient aider. Ils échangent avec ma fille. Lui demandent son avis.

  • Quand ma fille était plus petite, je faisais aussi un portfolio : une sorte de journal de notre nonsco, où je mettais des photos de nos activités avec un petit texte. Ma fille m’aidait à le faire. Je remettais ce portfolio le jour du rendez vous et c’est ma fille qui le leur présentait. Ainsi elle pouvait entrer en contact avec eux, leur parler, leur expliquer ce qu’elle faisait etc. L’aspect journal avec photos étaient adapté pour une enfant ne sachant pas lire.

***   ***   ***

 

En fait, j’apprécie d’avoir à réfléchir sur pourquoi je fais l’IEF et pourquoi je fais l’IEF de la façon dont je le fais :

Je pense qu’il est important de se questionner. Ne pas faire l’IEF par lubie. Ce n’est pas une lubie, pour ma part.

Notre choix d’IEF a été largement et longtemps mûri avant même que notre enfant soit en âge d’être scolarisée. M’interroger consciemment sur nos raisons de l’IEF, de comment on fait l’IEF et les mettre sur papier en les argumentant, permet de ne pas perdre ma route. Cela me permet aussi de m’affirmer dans mes choix, d’avoir les arguments sur ma démarche, mais aussi de me remettre en question si besoin, de réajuster ma démarche.

Cela pose aussi les bases sur lequel le contrôle se passera : ce que nous sommes prêts à accepter ou pas. Par exemple, nous en venons donc à expliquer que nous n’évaluons pas notre enfant et pourquoi nous ne le faisons pas, et que donc durant le contrôle cela ne fera pas non plus. Nous ne refusons pas les tests ou exercices pour entrer dans un rapport de force avec eux, mais car nous avons des arguments pédagogiques en lien avec notre démarche quotidienne.

Rédiger le bilan de nos activités me permet :

  • m’apercevoir qu’on fait effectivement beaucoup de choses et qu’elles sont sources d’apprentissage, même si pas formelles.
  • conscientiser les acquis et progrès de ma fille, poser aussi ses difficultés, ses motivations, ses besoins, ses envies.

Voilà, au final, inspection ou pas, ce travail de réflexion et de bilan nous est, pour notre part, bénéfique. On pose les choses, on voit où nous en sommes, où notre enfant en est. Cela nous permet aussi de faire des réajustements si on en ressent alors le besoin.

Imala, La Louve Tisseuse

Je chemine entre l’accompagnement de mes enfants avec bienveillance, l’instruction en famille, l’éco-habitat, la culture de la terre, l’art (peinture sur soie et bois), la spiritualité, l’humain, le féminin sacré…

Femme, Épouse, SoeurCière, Mère de 3 enfants - Loovado (2005), Minilouve (2012) et Ptitloup (2017) en unschooling depuis toujours.

Thérapeute Holistique & Praticienne et Enseignante Reiki Usui et Shamballa
Formatrice-Animatrice en Permaculture / Permaculture Humaine.
Webmaster - Création et maintenance de sites internet.
Auteure - auto édition (livres en cours de parution).

erika.tombolatogadoum.fr
Centre Permacole Imala
Toile de Vies d'une meute en liberté

Les derniers articles par Imala, La Louve Tisseuse (tout voir)