[Apprendre à éduquer] Échec scolaire, une autre histoire possible : les pratiques narratives pour regagner confiance

Voici ma lecture du matin… Je tenais à la partager avec vous, car cela me parle énormément.

Extrait :

Les pratiques narratives reposent sur l’idée que tous les humains se racontent des histoires qui forgent leur identité.

Or, comme l’a dit Boris Cyrulnik, : « Ce que nous nous racontons à propos de ce qui nous arrive est plus déterminant que ce qui nous arrive. »

Il y a des histoires qui donnent de l’énergie et de l’espoir dans les épreuves, mais il y a aussi des histoires d’impuissance qui enferment et engendrent le désespoir.

Lors de ma formation de thérapeute,  j’ai lu des études démontrant que les mêmes zones cérébrales sont mises en activités quand on s’imagine faire quelque chose ou quand on le fait réellement. Et pareil, quand je raconte un événement ou quand il est en train de m’arriver, les mêmes zones cérébrales et notamment celles de l’émotion, sont actives. C’est d’ailleurs pour cela que dans mes outils thérapeutiques, j’évite de faire raconter et raconter leur trauma à mes parturients. A chaque fois qu’on raconte un événement on le réactive. Et au lieu de l’avoir vécu une fois, on l’a vécu autant de fois que raconté, que réactivé…

Sous cette perspective, on se rend compte qu’il en va de même avec l’histoire intérieure que je me raconte : qu’elles sont mes propres pensées, paroles à mon égard ? Quelles pensées, paroles des autres envers moi ai-je faites miennes ?… Ces pensées, ces croyances créent mon histoire, cette histoire dont je me définis et qui va donner une direction à ma vie… « La pensée est créatrice » !!

Et si je réécrivais mon histoire à travers un regard positif et bienveillant ?

Échec scolaire, une autre histoire possible : les pratiques narratives pour regagner confiance

1 Comment

  1. je suis complètement d’accord, et puis il suffit que je vois le nom Cyrulnil et je sais que je vais être d’accord 😀 mais c’est difficile à faire, la bienveillance en vers moi même je découvre en étant bienveillante avec bébé, un jour je me suis dis  » pourquoi je ne me parle pas comme ça! » et j’ai commencé! Donc dans le miroir de la salle de bain, je fais répéter des phrases positives a bébé tous les jours, un jour j’ai enfin osé me les dire à moi ❤ « Je suis grande, je suis belle, je suis intelligente. je peux réussir tout ce que j’entreprends » Le dire à mon fils était tellement évident, mais pour moi, ça a été un exercice!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *