Noël

Chez nous, nous n’avons jamais fais croire au père noël. C’est un mensonge et en plus qui sert de base de chantage pour faire peur aux enfants : « Si tu n’es pas sage, le père noël ne passera pas »… Mais nous avons toujours fêté noël et créé sa magie.

Depuis notre séparation avec le papa de mes filles, nous avons toujours fait noël en alternance chez l’un ou chez l’autre, mais au moins on est tous ensemble pour l’ouverture des cadeaux. C’est chouette pour les enfants.

Cette année, bien, non. Cette année, sa sœur est là avec son mari et leur fils. Alors les filles ne rentrent que le 26 après-midi. Elles n’ouvriront leurs cadeaux que ce jour là.

Je ne peux pas expliquer pourquoi, mais cela me rend triste. Déjà, Mini attend le moment d’ouvrir ses cadeaux depuis longtemps, elle en rêve, elle a hâte comme tous les enfants à l’approche de noël. Elle attendra quasi 2 jours de plus. Puis, c’est comme si les filles étaient exclues, ne faisant pas partie à part entière de notre famille. Comme si il y avait Ptitloup avec ses parents et elles… Nous ouvrirons nos cadeaux en deux temps, Mr Loup, Ptitloup et moi… Puis, les filles seules. Loin de cette magie où on ouvre tous ensemble dans l’effervescence. Comme si, elles étaient à part de la famille… Je suis triste pour elles qui ont du mal à trouver leur place au milieu du monde des adultes qui pensent plus à eux qu’aux enfants.

Comment vous organisez-vous, familles recomposées ?

Quand ouvrez-vous les cadeaux ? Attendez-vous d’être tous ensemble, quitte à retarder noël ou les enfants absents ouvrent seuls leurs cadeaux à leur retour ? Comment faites-vous pour que la magie de noël soit quand même là et qu’ils ne se sentent pas exclus ?

 

10 Commentaires

  1. Coucou Erika pourquoi ne pas ouvrir vos cadeaux et celui des filles en même temps? Attendre pour vous aussi ? Afin d ouvrir les cadeaux tous ensembles…..gros bisous je pense à vous cécile

  2. ☹️
    Coucou.
    Je me disais la même chose que Cécile.
    Quand il sera plus grand, ok; mais peut-être trouverez-vous une solution qui vous convienne d’ici-là.
    Et puis Mini aurait le temps de grandir un peu 🙂
    Si ça peut aider de faire comme ça cette année …
    Bon courage en tous cas; ça ne doit pas être simple 😥

    • Oui, on a décidé de faire ainsi : cette année Noël sera le 26 décembre ! Un repas de noël le midi avec ouverture des cadeaux. De toutes façons, le mieux était de demander aux intéressés ce qu’elles préféraient. Elles souhaitent qu’on les attende. Alors, soit.

      L’an prochain, elles seront avec nous. J’essayerai de me souvenir de ne pas prendre les enfants en otage pour me satisfaire… Non la vengeance n’est pas une bonne chose même si parfois ça démange. Ce sont toujours les enfants qui trinquent. Donc on va s’adapter comme toujours et faire au mieux pour elles et Ptitloup. Bref, le problème ne se posera pas pour nous.

      Bonnes fêtes à vous <3

      • Tu as tout a fait raison pour le côté vengeance même si ça démange ,de penser à tes filles et ça ne m etonnes pas de toi 🙂 gros bisous passez de bonnes fêtes

  3. Sinon chez nous c est un peu réglé souvent on est dans les familles mais moi plus envie de bouger à Noël on verra l an prochain ils seront avec yann et c est vrai qu ils ont les cousins les cousines c est chouette qu ils en profitent mais la prochaine fois chez moi on fera sûrement noel avec yann…Bon ici on s arrange surtout pour les anniversaires pour faire ensembles tous les 4 pour Anaëlle l an passé on a même fait le goûté avec la copine de yann et ses enfants 🙂

  4. Mes parents étaient divorcés. J’ai un demi frère né de mon père. Nous avons toujours posé et acté les.choses. Le jour de noël chez ma mère et un autre jour chez mon père. J’avoue que la femme de mon père étant fleuriste, elle avait de toutes façons pas le temps pour l’ouverture des cadeaux au pied du sapin. Donc mon petit frère n’a jamais eu le rituel d’ouverture des cadeaux le matin du 25. Il attendait que nous arrivions (nous qui ne vivions pas ensemble pourtant mais comme si). Je lui demanderais comment il a vécu ça. Parfois même c’est ma mère qui le gardait ! Du coup elle lui mettait un petit cadeau au pied du sapin ! Ça arrangeait ses parents qui bossaient au magasin et mon frère et moi aimions faire noël avec notre tout petit demi frère. Le midi nous partions chez ma grand mère maternelle et mon père récupérait le petit dernier chez sa grand mère maternelle. Nous continuons ce petit rituel encore alors que ma belle mère est en retraite. Le noël chez ma mère, un autre jour tous ensemble chez mon père. Et toujours le 24 avec la famille de manu. C’est plus simple d’après moi de poser les jours. Pour tout le temps. Genre le 25 chez les uns et le tant chez les autres

    • C’est cool pour vous une solution qui rend tout le monde heureux et fonction des dispo était trouvée !! <3

      Je détesterai une organisation rodée comme la votre. On n'a pas envie de faire noel tous les ans avec les mêmes personnes/même lieu ni obligatoirement avec la famille élargie. C'est au gré des envies et des dispo de chacun à l'instant T. Je n'aime pas une vie toute organisée et surtout pour des années. Pour moi, ça interdit la place à la spontanéité, les imprevus. Puis le soucis d'un rituel rodé c'est qu'il est pris pour acquis et le changer crée parfois des heurts, souvent même qd on veut le changer, on ose pas.

      Pour nous, noel est pour les enfants. Noel c'est avant tout pour faire plaisir aux enfants.
      Cette année, elles sont chez leur père, sans notre présence. Elles rentrent le 26. Le père les veut pour lui une journée de plus. Ce qui me rend triste c'est juste que l'envie/besoin/ressenti des filles et surtout de Mini n'est pas considéré.

      (ça me fait toujours bizarre la notion de demi-frère/soeur. Mes filles ne considèrent pas Ptitloup comme demi. Je ne considère pas mes frères comme "demi", pourtant on n'a pas la même maman et on s'est connu tardivement).

      Comme me disait mon frère de cœur hier soir au tel, chez lui, ils (ses parents, sa soeur, son frère et lui) ont toujours fêté noël bien après noël à cause du taf, et ce n'était pas grave : ils le fêtaient tous ensemble avec la magie des cadeaux et de la fête ensemble.

      Moi, petite, j'étais avec mes parents. J'aurai été très malheureuse de ne pas être avec eux. Mais, ils ne se forçaient pas à remplir des obligations "familiales". Certaines années, on était que nous, d'autres avec mes grands parents, d'autres en Bretagne chez mon oncle, d'autres avec untel... au gré des envies de chacun. Et j'aimais ça ! Une fois ado, j'ai pu choisir mes noëls : avec mes parents, ou des amis ou juste en couple.

Un blog sans commentaire, ça ne donne pas envie d’écrire 🙂

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.