Matin brun

J’ai ressorti notre petit livre “Matin brun” de Franck Pavloff. Vous pouvez le télécharger ici :http://www.eppee.ouvaton.org/IMG/pdf/MATIN_BRUN.pdf

Si vous préférez l’acheter en version papier :

Produits disponibles sur Amazon.fr

C’est malheureusement d’actualité quand on voit la politique et l’énorme dérive vers une dictature ne disant pas son nom en France… Qui s’intéresse aux actualités peut le voir dans tous les domaines… Et celui/celle ne s’en apercevant pas : soit il/elle est aveugle, inculte ou ok avec cette dérive….

Dans tous ces cas, il serait temps de (re)lire alors ce petit texte métaphorique….

En tous les cas, niveau actualité “Instruction en famille” et “école”, on est dans la merde avec cette loi “L’école de la confiance” : école de la défiance, oui !!

Nous, familles instruisant nos enfants sommes réellement dans le collimateur : on gène… le but est de réduire drastiquement le nombre d’enfants non-scolarisés. Merde, faudrait pas trop d’enfants heureux, entourés de bienveillance, de respect, d’empathie, respectés dans leur individualité et qui apprennent à réfléchir (à défaut d’être des perroquets ou ânes savants)…

Les amendements nous concernant entrainent :

  • l’obligation de déclarer en IEF nos bébés de 3 ans et ils subiront des contrôles pédagogiques… Et oui, on va contrôler, évaluer des enfants encore en couche pour certains…. histoire de voir si le programme de l’éducation national est bien suivi et si nos enfants ont le niveau…. Tous les enfants, c’est bien connus, ayant le même développement cognitif, affectif et psycho-moteur linéaire….
  • une obligation de résultat : ceci induit une immense inégalité avec l’éducation nationale qui elle ‘a toujours qu’une obligation de moyen… Donc si nos enfants, lors des contrôles pédagogiques, n’ont pas le niveau attendu : hop scolarisation forcée… Heu et les enfants n’ayant pas le niveau à l’éducation nationale, on fait quoi ? On les desco, on vire l’éducation nationale ? Ah, non, eux c’est pas important…. Il y en a pourtant un paquet, quand je vois le niveau désastreux des amis de ma 14 ans, scolarisés eux, pas multi-dys, et dans les têtes de leur classe… Je me fais nettement moins de soucis pour elle tout à coup…
  • Cette obligation de résultat induit la fin de la liberté pédagogique : il ne nous sera plus possible de suivre les rythmes et particularité de nos enfants.
  • Si rescolarisation, elle sera pour l’année en cours et l’année suivante ENTIERE. Bah oui, faut bien que l’éducation nationale ait le temps de bien casser le gamin, heu, excusez moi, le sauver ! Voilà l’horreur pour les gamins… On fait quoi pour les gamins en phobie scolaire ? Les gamins déscolarisés car harcelés, en phobie, suicidaire à cause de l’EN (car oui y en a, et beaucoup : en tant que relai Led’a, c’est le cas de 9 enfants sur 10 des familles qui me téléphonent !). On fait quoi pour les gamins comme ma grande qui serait broyée à l’école car multi-dys et rien n’est adaptée pour elle ?
  • L’obligation de formation pour les 16/18 ans qui ne sont pas dans une ECOLE privée ou publique, en stage ou en emploi : laisse entendre qu’ils ne peuvent continuer d’être instruits en famille.. Pourtant nombreux sont ceux qui continuent et passent leur bac etc en candidats libres… Le terme “formation obligatoire’ au lieu “d’instruction obligatoire” permet de détourner la constitution qui donne le droit à l’instruction en famille…

Le but de l’état est de prendre nos enfants dès le bas âge pour les modeler à sa guise… nous ôtant nos droits parentaux… Ça pue, non ?

Les écoles privées hors-contrat sont aussi bien sur la sellette….

Familles IEFeuses : écrivez aux sénateurs qui doivent encore voter ces amendements (bon , perso, j’y crois pas : les pro macron y sont majoritaires et même si certains sont contre cette loi, ils la voteront : chez Macronland on ne va pas à l’encontre du Seigneur Macron… )…

Rejoignez FELICIA (facebook) qui donnent des idées/modèles de lettres….

Il reste aussi, si ces amendements passent en l’état à résister pour défendre nos enfants et leurs droits, car c’est bien de cela qu’il s’agit ! Rejoindre le mouvement d’Enfance Libre avec Ramïn et Marjorie et entrer en désobéissance civile : https://www.enfance-libre.fr/

Attaquer les amendements à la cours européenne… et aussi refuser de suivre ces amendements anti-constitutionnels : or, la constitution prime sur les amendements… Il y a une hiérarchie dans les lois…

Puis, il nous reste toujours, personnellement, la possibilité de partir dans un autre pays… On a un camion, ça nous est assez facile…

 

Voici d’autres changement induit par ces amendements (copié/collé sur le facebook d’une pote institutrice) :

Mise à jour, nombreux ajouts et précisions : merci à C. Audebaud

Chers collègues,

Depuis son arrivée, le gouvernement dessine méticuleusement un nouveau tableau de l’Education nationale. Bien souvent, nous restons concentrés sur une petite partie de l’œuvre qui nous touche davantage et nous ne décidons que rarement de reculer de trois pas pour contempler le tout où elle s’insère. Cet écrit vous propose de prendre le temps de ressentir l’ensemble du tableau en cours de réalisation, avec, selon les endroits, des zones déjà bien achevées, des contours qui se précisent ou encore de fines esquisses, qui d’un pas décidé s’immiscent et d’une mine sinistre, l’horizon assombrissent…

– Financement obligatoire des maternelles privées par les mairies contre la scolarité obligatoire à 3 ans
– Création des établissements publics locaux d’enseignement international (EPLEI) pour des enfants bilingues dont le financement pourrait provenir de l’Union européenne, d’autres organisations internationales, de dons et legs et qui dérogeront aux cycles et aux programmes communs. Devant les soupçons d’écoles pour milieux très favorisés, les députés ont confié au recteur le soin de veiller à la mixité sociale
– Suppression de nombreuses classes voire écoles hors REP/REP+
– Multiplication des RPC (regroupement pédagogique concentré)
– Nombreuses classes de maternelles et élémentaire à 28/30 élèves
– La fusion des écoles primaires avec les collèges (« écoles du socle » ou « école des savoirs fondamentaux ») et disparition/reconversion des directeurs d’école
– Suppression des contrats aidés, nombreux dans les établissements scolaires
– Fermeture de classes SEGPA avec prise en charge des élèves concernés (en général des 6ème) dans des classes à 28/30 élèves et de temps en temps une coanimation avec les enseignants de SEGPA (jusqu’à quand ?)
– Des AESH (Accompagnants des élèves en situation de handicap) précaires et “mutualisés” pour 3 à 6 élèves (PIAL) et donc en sous-effectif
– Si les parents d’élèves instruits en famille refusent 2 fois un contrôle, les enfants devront retourner à l’école, même s’ils sont déscolarisés par suite d’une phobie scolaire (cas assez fréquent)
– Obligation de placer les drapeaux français et européens ainsi que le refrain de la Marseillaise dans toutes les salles de classe, de la maternelle à la terminale

– Réforme du Lycée professionnel avec moins d’heures d’enseignement dans les disciplines générales et professionnelles
– Réforme du Lycée général avec absence de maths dans le tronc commun, choix précoce des spécialités qui induit une sélection précoce et exige un choix éclairé qu’auront les familles qui comprennent le système mais pas les autres
– Une inégalité territoriale et public/privé dans la carte de spécialité des lycées généraux et des options non dérogatoires pour en suivre l’enseignement ailleurs
– Le financement des dédoublements/options/sections euro/accompagnement perso/heures d’orientation sur une enveloppe réduite dont la distribution est choisie en autonomie par le proviseur
– La promotion de l’enseignement à distance (visioconférence, CNED)
– La fin prévisible des options (LV3, musique, arts, théâtre…) au lycée
– Des spécialités qui ouvrent et qui ferment en fonction de la demande avec un seuil d’ouverture allant de 30 à 35 élèves en fonction des lycées
– Les enseignants transformés en VRP de leur discipline pour que leur spécialité recrute : la guerre de tous contre tous pour conserver son poste

– Un bac à 40 % local avec des épreuves choisies et corrigées dans l’établissement (que vaut le bac de Montreuil face à celui de Neuilly?)
– Des options qui ne rapportent presque plus de points au bac, sauf le latin et le grec
– La numérisation de toutes les copies du bac et harmonisation via un forum en projet pour 2021
– La mise en place du Service National Universel (SNU) d’une durée d’un mois et qui comprend 15 jours encadrés par des militaires et des éducateurs rémunérés avec port de l’uniforme, salut au drapeau et chant de la Marseillaise le matin selon Gabriel Attal et dont la réalisation pourrait être exigée pour s’inscrire au BEP, au baccalauréat, au code de la route, au permis de conduire et aux concours administratifs.- La sélection des étudiants sur Parcoursup
– La fin des COPsy (Conseillers d’Orientation) et la fermeture des CIO (centres d’information et d’orientation)
– L’augmentation des frais d’inscription aux étudiants étrangers
– La reconnaissance du niveau licence par l’Etat des Bachelors payants- La suppression de 400 postes administratifs et 2600 postes d’enseignant du secondaire à la rentrée 2019
– L’imposition d’un jour de carence non remboursé par nos mutuelles
– L’augmentation de la CSG, compensée jusqu’en 2019 (et après ?)
– Le report d’un an (en 2020) de la revalorisation indiciaire
– La reconduction du gel du point d’indice en 2019
– L’imposition de 2 HSA (heures sup’) sous-payées et obligatoires
– Les surveillants qui se destinent aux concours se verront confier des « missions d’enseignement » dès la L2
– La transformation des ESPE en INSPE moins indépendantes (président nommé par arrêté du gouvernement et le ministère aura davantage d’impact sur le contenu des formations).- La fusion des CHSCT (Commission Hygiène, Sécurité, Conditions du Travail) avec les CT (Comités techniques)
– La fin des CAPA et des CAPN (Comités administratifs paritaires Académiques/Nationaux) qui veillent notamment au bon déroulement des mutations et promotions
– La fin du CNESCO (Conseil National d’Evaluation du système Scolaire), relativement indépendant et qui étudie les politiques scolaires menées à l’étranger qui sera mélangé au CNAM et remplacé par le CEE (Conseil d’Evaluation de l’Ecole) dont 10 membres siégeant sur 14 seront nommés par le gouvernement et 4 autres par les parlementaires (indépendance ??). Celui-ci sera chargé d’évaluer les établissements et de les classer publiquement, écoles et collèges compris (pour les mettre en concurrence et rémunérer au mérite ?)
– Évaluations nationales au CP/CE1/6ème/2nde pour justement classer les établissements ??
– Mise en place plus souple d’expérimentations pédagogiques qui pourraient être imposées par le conseil scientifique du ministère
– La rémunération « au mérite » dans les REP/REP+
– Article 1 pour l’école de la confiance : le devoir de réserve pour les enseignants (plus le droit de critiquer sur les réseaux sociaux et places publiques la politique du ministère) et pour les parents le devoir de respecter les principes et le fonctionnement de l’institution scolaire- La réforme du statut des fonctionnaire (CAP 22) qui leur ouvrira le droit au chômage, ceci dans le cadre de la suppression de 120 000 agents publics : 70 000 agents territoriaux (qu’en sera-t-il de nos agents techniques ?) et 50 000 agents d’Etat (dont l’EN représente la moitié des personnels)
– Les réformes drastiques des assurances chômage et retraite
– Un plan de départs volontaires dans la fonction publique.

Chers collègues,
Discernez-vous l’horizon qui se dessine… Qui en toute confiance, nous déracine ?
Le plus important est maintenant de s’unir de la maternelle au supérieur, contre le budget appliqué, les lois et décrets validés par ce gouvernement et le projet de loi pour l’école de la confiance, pour faire reculer Blanquer, dans l’intérêt de tous (élèves, parents, personnels, société) ! Informons et montrons notre indignation devant ces réformes iniques, de très grande ampleur et qui modifient en profondeur la philosophie de notre métier, de l’école et de la société.

Défendons des principes et des idées, occupons-nous des grandes querelles de l’histoire et non des intérêts personnels ! Si nous arrivons à faire front et à nous unir, tous niveaux/services confondus contre cette politique et cette loi pour l’école de la confiance, nous pourrons retrouver dignité, fierté et joie d’enseigner ! La population nous rejoindra, nous respectera et les politiciens devront alors se réconcilier avec la profession !

 

 

Imala

Femme, Épouse, SoeurCière, Mère de 3 enfants - Loovado (2005), Minilouve (2012) et Ptitloup (2017) en unschooling depuis toujours.

Je suis une passionnée ! J'aime créer et transmettre afin de rendre aux personnes leur autonomie.

Talitakum, Lève Toi et Marche"

Thérapeute Holistique & énergéticienne
Accompagnatrice en parentalité
Formatrice-Animatrice en Permaculture
Webmaster - Création et maintenance de sites internet.
Auteure - auto édition (livres en cours de parution).

Notre écolieu permacultrel
Les Loups Hurlant - Notre Vie Unschooling
Mon site coaching & développement personnel
Imala

Les derniers articles par Imala (tout voir)

A propos Imala

Femme, Épouse, SoeurCière, Mère de 3 enfants - Loovado (2005), Minilouve (2012) et Ptitloup (2017) en unschooling depuis toujours. Je suis une passionnée ! J'aime créer et transmettre afin de rendre aux personnes leur autonomie. Talitakum, Lève Toi et Marche" Thérapeute Holistique & énergéticienne Accompagnatrice en parentalité Formatrice-Animatrice en Permaculture Webmaster - Création et maintenance de sites internet. Auteure - auto édition (livres en cours de parution). Notre écolieu permacultrel Les Loups Hurlant - Notre Vie Unschooling Mon site coaching & développement personnel

Un blog sans commentaire, c’est comme un stylo sans encre : ça ne donne pas envie d’écrire 🙂

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.